Primtux

Une distribution toute fraîche pour les écoles primaires, Primtux,  basée sur Debian à fait son apparition. Son choix de bureau très léger, FLUXBOX, permet de l’installer sur de vieux ordinateurs sans pâtir du manque de mémoire ram.

Elle offre une multitude de logiciels éducatifs,  avec un menu simplifié par le Handymenu. En bootant, l’interface d’accueil offre quatre connexions multi-utilisateurs avec environnements adaptés: quatre utilisateurs peuvent se connecter:

  • mini (cycle 1 ou 3-5 ans)
  • super (cycle 2 ou 6-7 ans)
  • maxi (cycle 3 ou 8-10 ans)
  • prof (mot de passe : tuxmaitre).

Notre association a offert un portable à l’école de Nozières (07270) avec cette distribution et en projet, nous allons construire un Jerry avec les élèves pour y accueillir aussi cette distribution.

Pour l’instant, je trouve cette distribution très complète. Je trouve dommage qu’il y ai besoin du logiciel JAVA de Oracle pour faire fonctionner certains logiciels et une prise e main pas très facile. Le menu est assez déroutant au début, mais il y a une très bonne documentation sur le site de Primtux.

Je rappelle ici le texte de Richard Stallman qui explique pourquoi les écoles devraient utiliser exclusivement des logiciels libres :

par Richard Stallman

Les activités liées à l’éducation, y compris les écoles depuis le jardin d’enfants jusqu’à l’université, ont pour devoir moral de n’enseigner que le logiciel libre.

Tout utilisateur d’informatique devrait exiger des logiciels libres car ils lui donnent la possibilité de contrôler son propre ordinateur – avec les logiciels privateurs en effet,a le programme fait ce que son propriétaire ou son développeur veut qu’il fasse, pas ce que l’utilisateur veut qu’il fasse. Le logiciel libre donne également aux utilisateurs la liberté de coopérer, de vivre dans la droiture morale. Ces raisons s’appliquent aux écoles comme à tout le monde. Toutefois, le but de cet article est de présenter les arguments supplémentaires qui s’appliquent spécifiquement à l’éducation.

Le logiciel libre fait économiser de l’argent aux écoles, mais c’est un avantage secondaire. Il permet des économies car il donne aux écoles, comme aux autres utilisateurs, la liberté de copier et redistribuer les logiciels ; l’Éducation nationale (ou tout système éducatif) peut en donner des copies à toutes les écoles, et chacune peut installer les programmes sur tous ses ordinateurs, sans avoir besoin de payer pour le faire.

Cet avantage est utile, mais nos refusons catégoriquement de lui donner la première place, parce qu’il est superficiel comparé aux questions éthiques importantes qui sont en jeu. Faire migrer les écoles vers le logiciel libre représente bien plus qu’un moyen de rendre l’éducation un peu « meilleure » : il s’agit ici de faire de la bonne éducation plutôt que de la mauvaise éducation. Approfondissons donc la question.

L’école a une mission sociale, celle de former les élèves à être citoyens d’une société forte, capable, indépendante, solidaire et libre. Elle doit promouvoir l’utilisation de logiciel libre tout comme elle promeut la conservation des ressources naturelles et le vote. En formant les élèves et étudiants au logiciel libre, elle donnera leur diplôme à des citoyens prêts à évoluer dans une société numérique libre. Cela aidera la société toute entière à échapper à la domination des multinationales.

En revanche, enseigner un programme non libre revient à implanter la dépendance, ce qui va à l’encontre de la mission sociale de l’école. Les écoles ne doivent jamais le faire.

Pourquoi, après tout, certains développeurs de logiciels privateurs offrent-ils des exemplaires gratuits (1) de leurs programmes non libres aux écoles ? Parce qu’ils veulent se servir d’elles pour implanter la dépendance à leurs produits, comme le faisaient les industriels du tabac qui ont distribué des cigarettes gratuites à des enfants d’âge scolaire (2). Ces développeurs ne donneront pas d’exemplaire gratuit à ces élèves et étudiants une fois qu’ils auront leur diplôme, ni aux entreprises pour lesquelles ils travailleront. Une fois dépendant, il vous faut payer.

Le logiciel libre permet aux élèves et étudiants d’apprendre comment les programmes fonctionnent. Certains programmeurs-nés, une fois adolescents, ont soif d’apprendre tout ce qu’il y a à savoir de leur ordinateur et de ses logiciels. Ils sont extrêmement curieux de lire le code source des programmes qu’ils utilisent tous les jours.

Le logiciel privateur rejette cette soif de connaissance ; il dit : « Le savoir que tu recherches est un secret – apprendre est interdit ! » Le logiciel privateur est par essence l’ennemi de l’éducation, aussi ne doit-il pas être toléré à l’école, sauf comme objet de rétroingénierie.

Le logiciel libre encourage tout le monde à apprendre. La communauté du logiciel libre rejette ce « culte de la technologie » qui maintient le grand public dans l’ignorance de son fonctionnement ; nous encourageons les élèves et étudiants de tous âges et toutes origines à lire le code source et à apprendre autant qu’ils veulent savoir.

Les écoles qui utilisent du logiciel libre permettent aux apprentis programmeurs doués de progresser. Comment les programmeurs-nés apprennent-ils à être de bons programmeurs ? Ils ont besoin de lire et de comprendre de vrais programmes que les gens utilisent réellement. On apprend à écrire du code bon et clair en lisant beaucoup de code et en écrivant beaucoup de code. Seul le logiciel libre le permet.

Comment apprend-on à écrire le code des grands programmes ? En apportant beaucoup de modifications à de grands programmes existants. Le logiciel libre permet de le faire ; le logiciel propriétaire l’interdit. Toute école peut donner à ses élèves ou étudiants une chance de maîtriser l’art de la programmation, mais seulement si c’est une école du logiciel libre.

La raison la plus profonde d’utiliser du logiciel libre dans les écoles concerne l’éducation morale. Nous attendons de l’école qu’elle enseigne aux élèves et étudiants des connaissances de base et des compétences utiles, mais c’est seulement une partie de sa mission. Sa mission la plus fondamentale est d’enseigner la bonne citoyenneté, y compris l’habitude d’aider les autres. Dans le domaine de l’informatique, cela signifie apprendre aux élèves à partager les logiciels. Il faut qu’on leur dise dès la maternelle : « Si tu apportes un logiciel à l’école, tu devras le partager avec les autres élèves. Tu dois montrer le code source à la classe, au cas où quelqu’un voudrait s’instruire. Il est donc interdit d’apporter du logiciel privateur en classe, sauf pour les exercices de rétroingénierie. »

Bien entendu, l’école doit pratiquer ce qu’elle prêche : elle doit fournir à la classe uniquement des logiciels libres (sauf pour les soumettre à la rétroingénierie) et en partager des exemplaires avec les élèves (y compris le code source) pour qu’ils les copient, les emportent à la maison et les redistribuent autour d’eux.

Enseigner l’utilisation des logiciels libres aux élèves et étudiants et prendre part à la communauté du logiciel libre est une forme concrète d’éducation à la citoyenneté. De plus, cela propose aux étudiants un modèle basé sur le service public au lieu de celui que prônent les magnats de l’économie. Les écoles de tous niveaux doivent se servir de logiciel libre.

Si vous êtes dans le milieu de l’enseignement – que ce soit comme élève, étudiant, enseignant, employé, administrateur, donateur ou parent – il est de votre responsabilité de faire campagne pour que l’école migre vers le logiciel libre. Si une demande faite en privé ne permet pas d’atteindre ce but, portez la question sur la place publique dans ces communautés ; c’est ainsi que les gens prendront conscience du problème et que vous trouverez des alliés dans votre campagne.

  1. Attention, l’école qui acceptera une telle offre pourrait trouver les mises à jour ultérieures plutôt onéreuses.
  2. L’industriel du tabac RJ Reynolds Tobacco Company fut condamné à 15 millions de dollars d’amende en 2002 pour avoir fourni des échantillons gratuits de cigarettes à l’occasion d’événements auxquels participaient des enfants. Voir http://www.bbc.co.uk/worldservice/sci_tech/features/health/tobaccotrial/usa.htm.


Note de traduction

  1. Autre traduction de proprietary : propriétaire.